Qu'est-ce que le libéralisme ?

Qu'est-ce que le libéralisme ?

Les fondements du libéralisme

1) Qu'est-ce que le libéralisme ?

Le libéralisme est un courant de pensée visant à faire reconnaître le droit de chaque individu à la liberté et à la propriété privée.

La liberté se définit comme le droit de faire ce que l'on veut avec ce que ce que l'on a et uniquement avec ce que l'on a. Chaque individu est libre d'agir à sa guise sur ce qu'il possède de façon légitime, mais pas sur ce qui appartient à autrui. Par exemple, si un individu est propriétaire d'une voiture et qu'il veut la repeindre en vert, personne ne peut l'en empêcher: c'est la sienne. En revanche, on n'a pas le droit de repeindre en vert la voiture de son voisin sans son autorisation.

La propriété privée est le droit pour l'individu de disposer comme il le souhaite des richesses qu'il possède et qu'il crée par son activité, y compris en excluant autrui de leur usage. Par exemple, si un individu peint un tableau, alors ce tableau lui appartient, et personne n'a le droit de le lui prendre.

Dans la doctrine libérale, les hommes peuvent échanger entre eux ce qu'ils possèdent, mais cet échange doit être volontaire, c'est à dire que chacune des parties doit être d'accord pour participer à l'échange. Par exemple, l'achat d'un objet chez un commerçant est un échange volontaire: le commerçant et son client sont tous les deux d'accord pour échanger un certain objet contre une certaine somme d'argent. Le fait d'être salarié d'une entreprise est aussi un échange volontaire : le salarié échange avec les propriétaires de l'entreprise le fruit de son travail contre un salaire déterminé à l'avance.

Lorsque l'échange est volontaire, il est forcément profitable aux deux parties, sinon l'une d'entre elles aurait refusé d'y participer. Dans l'exemple précédent avec le commerçant et son client, tous les deux gagnent à l'échange : le client, parce que sinon il n'aurait pas acheté l'objet, et le commerçant, qui sinon n'aurait pas mis en vente cet objet à ce prix. Cela signifie que l'échange volontaire est créateur de richesse.

En revanche, lorsque l'échange n'est pas volontaire, il est impossible de savoir si cet échange est profitable aux deux parties. En effet, l'individu qui a été contraint de participer à un échange ne s'y serait peut-être pas engagé s'il avait pu le refuser, et donc, il est possible que cet échange lui cause une perte. Un exemple d'échange forcé est celui de la redevance de la télévision en France: l'Etat impose aux possesseurs d'un téléviseur de payer une certaine somme d'argent en échange du droit de regarder certaines chaînes de télévisions. Un individu qui n'est pas intéressé par ces chaînes est donc perdant car il doit payer cette redevance malgré tout. Un autre exemple d'échange forcé est celui de la Sécurité Sociale en France: chaque salarié est contraint de verser à la Sécurité Sociale une somme proportionnelle à son salaire en l'échange de certaines prestations. Dans un régime libéral, au contraire, chacun serait libre de contracter une assurance auprès de l'institution de son choix.

2) Le libéralisme est fondé sur le respect de la propriété légitime. Comment savoir si l'on est le propriétaire légitime d'une chose ?

Il existe plusieurs façons de se rendre propriétaire légitime d'une chose. On peut distinguer deux cas : soit cette chose appartient déjà à quelqu'un, soit elle n'appartient à personne.

Si cette chose appartient déjà à quelqu'un, il suffit que son propriétaire accepte de la donner ou de l'échanger contre autre chose, par exemple une certaine somme d'argent.

Si une chose n'appartient à personne, il suffit pour s'en rendre propriétaire d'être le premier à l'utiliser. Par exemple, si un terrain n'appartient à personne et qu'un individu commence à le cultiver ou y établit son domicile, ce terrain devient sa propriété légitime.

Libéralisme et économie.

3) Comment l'échange peut-il être créateur de richesse ? Si A et B se contentent d'échanger deux objets, qu'ont-ils créé de nouveau ?

L'échange est créateur de richesse parce qu'en général les hommes n'attribuent pas aux choses la même valeur. Supposons qu'un individu A possède un certain objet O1 et qu'un individu B possède un objet O2. Si A et B échangent volontairement l'objet O1 contre l'objet O2, cela signifie que pour l'individu A, l'objet O2 a plus de valeur que l'objet O1, tandis que pour l'individu B, l'objet O1 a plus de valeur que l'objet O2. L'individu A s'est donc enrichi de la différence de valeur pour lui entre l'objet O2 et l'objet O1, tandis que l'individu B s'est enrichi de la différence de valeur pour lui entre l'objet O1 et l'objet O2. Bien que n'ayant rien créé de nouveau, A et B se sont donc tous les deux enrichis.

On peut noter que ce principe reste valable lorsque les individus A et B sont situés dans des lieux distants géographiquement, par exemple dans deux pays différents : l'échange volontaire est toujours profitable. Le protectionnisme, qui vise à limiter ou à interdire certains échanges entre des individus de pays différents, est donc une cause d'appauvrissement.

4) Le libéralisme conduit-il à la prospérité économique ?

Il semble qu'il existe une forte corrélation entre le degré de libéralisme d'un pays et le niveau de prospérité économique. Des pays comme le Luxembourg, la Suisse, les Etats-Unis ou le Japon, qui bénéficient d'un régime relativement libéral, figurent parmi les pays les plus riches du monde. Au contraire, les pays où les droits individuels ne sont pas respectés, comme à Cuba ou en Corée du Nord, ne parviennent pas à sortir de la pauvreté.

5) Le libéralisme prône-t'il la concurrence entre les entreprises ?

On dit que deux entreprises sont en concurrence lorsqu'elles proposent à la vente des biens de caractéristique sensiblement identique. Le libéralisme ne prône pas directement la concurrence, mais la liberté d'entrer sur le marché, qui peut entraîner ou non une situation de concurrence. Par exemple, si un bien est très peu demandé ou s'il est très difficile à fabriquer, il se peut qu'il ne soit produit que par une seule entreprise; mais cette situation de monopole n'est pas contraire au principe du libéralisme.

Ce qui en revanche n'est pas conforme au principe du libéralisme, c’est le monopole imposé par la force, qui supprime la liberté d’entrer sur le marché. Par exemple, en France, la Sécurité Sociale possède un monopole sur l’assurance maladie ; ce monopole est imposé par l’Etat, qui interdit aux individus de contracter une assurance auprès d’une autre institution.

6) Le libéralisme est-il un frein à la solidarité entre les hommes ?

La solidarité, pour un individu ou un groupe d’individus, consiste à assister une ou plusieurs autres personnes qui connaissent des difficultés. On peut distinguer deux types de solidarité : la solidarité volontaire, lorsque cette aide est volontaire, et la solidarité obligatoire, lorsqu'elle s'effectue sous la contrainte.

Pour pratiquer la solidarité volontaire, il faut d’abord pouvoir disposer de son temps et de ses ressources comme on le souhaite. Un esclave qui serait obligé d’obéir constamment à son maître ne pourrait jamais être généreux. Le libéralisme, qui vise à faire respecter la liberté et la propriété individuelle, ne peut donc que favoriser la solidarité volontaire. Au contraire, la multiplication des impôts et autres prélèvements obligatoires est sans doute un frein à la solidarité volontaire, puisque les individus disposent ainsi de moins de ressources pour la pratiquer.

La solidarité obligatoire, quant à elle, n’est évidemment pas conforme aux principes du libéralisme. En effet, le transfert forcé des ressources d’un individu vers un autre est une atteinte à la propriété privée, autrement dit un vol.

Libéralisme et législation

7) L’impôt est-il conforme au principe du libéralisme ?

Non, l’impôt n’est pas conforme au principe du libéralisme car il constitue une atteinte à la propriété privée. La propriété privée concerne à la fois ce qu’un individu possède à un instant donné, et les revenus qu’il retire de son travail ou des biens qu’il possède. Ainsi, l’impôt sur le revenu est une atteinte à la propriété de l’individu sur le fruit de son travail ; l’impôt sur les dividendes est une atteinte à la propriété sur les revenus de ce qu’il possède ; l’impôt sur la fortune est une atteinte à la propriété des biens eux-mêmes.

8) En France, le SMIC est-il conforme au libéralisme ?

Le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) impose un salaire horaire minimum pour tout contrat de travail entre un salarié et son employeur. Le principe du SMIC n’est donc pas conforme au libéralisme, puisqu’il porte atteinte à la liberté de contracter.

9) En France, la législation sur l’héritage est-elle conforme au libéralisme ?

La législation française sur l’héritage présente deux caractéristiques : elle impose aux parents de transmettre la plus grande partie de leur patrimoine à leurs enfants, avec des parts sensiblement égales, et l’impôt sur les successions est relativement élevé (jusqu'à 60% de la valeur du patrimoine).

Suivant le principe du libéralisme, chaque individu étant pleinement propriétaire de ses biens, il a le droit de les transmettre à sa mort à qui bon lui semble. Dans une société libérale, les parents pourraient donc léguer leur bien à un seul ou à plusieurs de leurs enfants, ou à toute autre personne de leur choix, sans payer d'impôt de succession.

Références et bibliographie

10) Quels sont les livres les plus intéressants sur le libéralisme ? Quels sont les textes disponibles gratuitement sur internet ?

Deux ouvrages fondamentaux sur le libéralisme: Des sites intéressants:

11) Quels sont les pays où les principes du libéralisme sont le mieux respectés ? le moins bien respectés ?

Pour un classement des pays en fonction de la misère fiscale, voir Forbes - Tax Misery Index.

Retour à la page principale